Recherche par titre, auteur, sujet...

Partager "Horaires d'ouverture" sur facebookPartager "Horaires d'ouverture" sur twitterLien permanent

S'abonner au flux RSS dans une nouvelle fenêtre
Critiques rédigées par Ophélie

 

La prophétie du tatou (Zerocalcare)

note: 5 Ophélie - 11 juillet 2018

C'est avec beaucoup d'humour et de sensibilité que l'auteur revient sur la mort de son amour de jeunesse. Avec une grande subtilité, il passe du présent au passé pour parler du temps qui défile, de la jeunesse qui perd de sa légèreté, de la lourdeur que l'humain prend en grandissant. Comme dans beaucoup de ses B.D, il est accompagné de son tatou, alter-ego imagé qui reflète sa pensée. Il est difficile de mettre des mots sur ce qui m'a plu dans cet album, l'auteur m'a profondément émue autant dans son humour que ses maladresses, ses réflexions et sa difficulté à s'ouvrir au monde.

Zerocalcare est un romain très attaché à son quartier de Rebibbia et à travers chaque album, il lui rend hommage. Je ne peux que très vivement vous conseiller la lecture de "Kobané calling" où il retrace son parcours d'aide humanitaire à Kobané en Syrie ainsi que "Oublie mon nom" où il parle de sa grand-mère qui a eu un destin atypique.

Ces jours qui disparaissent (Timothé Le Boucher)

note: 5Captivant Ophélie - 11 juillet 2018

Roman graphique qui interroge sur la temporalité, la personnalité et les normes sociales. Ne pas en lire le résumé avant de le prendre est un plus, la découverte de Lubin n'en est que plus enrichissante ! Le style est très classique, avec un découpage très carré et épuré au début et cela devient de plus en plus dense au fur et à mesure où le récit se déroule. C'est un album qui hante bien après avoir refermé le livre car, sans en avoir l'air, il questionne le lecteur sur son propre rapport au temps qui passe.

La vie parfaite (Silvia Avallone)

note: 3 Ophélie - 27 juin 2018

Roman sur la maternité désirée et inassouvie et sur la maternité non désirée et accomplie. L'auteur s'attache à 2 figures féminines, l'une Dora trentenaire, l'autre Adele 17 ans. La première désire un enfant plus que tout et est passée par toutes les étapes médicales de FIV, l'autre est tombée enceinte par accident. Autour d'elles gravitent des hommes et des femmes qui éclairent l'histoire de chacune.
Au-delà des clichés sur Adele, jeune issue d'un milieu pauvre, père en prison, père de son enfant dealer, pas très futée, en rupture à l'école, on s'attache à cette ado en recherche d'elle-même et complètement prise au dépourvue par cette grossesse. On ressent bien l'amour, le lien fulgurant qui la lie à cet enfant qui va naître mais qui ne veut pas lui faire vivre ce qu'elle a vécu et ce qu'elle vit.
Par ailleurs, Sylvia Avallone décrit très bien les sentiments de Dora qui passe de la frustration, à l'impuissance, la colère face aux gens qui ont la chance (pour elle) d'être parents. Elle est tout le contraire d'Adele et même si je comprends sa colère, je ne la trouve pas moins horripilante dans ses réactions excessives face aux futures mères.
Il manque à mon sens une 3ème figure féminine pourtant présente dans le livre mais dont le personnage n'est qu'évoqué : les femmes qui ne désirent pas être mère.
Sinon, le style et la traduction sont très fluides, c'est une lecture prenante de bout en bout !

Le jeu de la musique (Stéphanie Clermont)

note: 5Le jeu de la musique Ophélie - 20 février 2018

Il y a Sab (Sabrina), Céline, Julie, Tahar et Vincent. Et puis, il y a Jess, Zoé, Katerine, Cassandra, des anonymes. Des ami(e)s, des amant(e)s, des engagés politiques, des féministes, des femmes battues, des francophones ontariens. Le jeu de la musique est un livre étonnant, un roman où les nouvelles sont inter-reliées. Chaque personnage est connecté d'une façon ou d'une autre à celui qui ouvre ce livre. Un roman où le temps s’étire, se dérobe, sans une continuité évidente mais qui prend forme au fur et à mesure de la lecture avec les points de vue et de vie des différents protagonistes. Le fil rouge est sans aucun doute l'amitié. Et l'espoir de vivre malgré la dépression, les désillusions, les échecs, les amours déçues.
C'est une écriture très sensible et à fleur de peau qui à coup sûr ne laissera pas indifférent. Le jeu de la musique est comme une chanson mélancolique dans lequel on replonge pour piocher au hasard des morceaux et les savourer pleinement dès la lecture achevée et le puzzle assemblé.

J'arrête la pilule (Sabrina Debusquat)

note: 4Et si arrêter la pilule était un vrai acte féministe ? Ophélie - 14 octobre 2017

A l'heure très polémique où les féministes plus âgées s'en prennent aux plus jeunes qui veulent arrêter la pilule, le livre de Sabrina Debusquat lève les tabous sur les souffrances physiques et psychiques subies par les femmes depuis sa mise en circulation.
Féministe la pilule ? Pas si sûr que cela, il suffit de se pencher sur l'histoire de ce petit cachet et l'on découvre que le féminisme n'est pas tout fait à l'origine de cette "révolution". Que penser de Margaret Sanger pionnière féministe qui a orchestré le développement de la pilule et qui s'est rapprochée des mouvements eugénistes dans les années 1910 ? Que penser de la "neutralité" de la FDA (food and drug administration) qui l'autorise alors que les études montrent la dangerosité de la pilule ?
L'auteur n'invite pas tant à arrêter la pilule qu'à prendre conscience des risques liés à sa prise quotidienne. Tout comme chaque personne qui boit et/ou fume est conscient du risque lié à ces consommations. En étant informée des risques, en prenant en compte son mode de vie, chaque femme est invitée à s'interroger sur sa relation à la contraception et à se rendre compte que celle qu'elle prend n'est pas forcément la plus appropriée.
Se rendre compte que la pilule est un puissant perturbateur endocrinien et avoir l'avis d'un homme de médecine tel que celui-ci : "Si j'étais une femme, sachant ce que je sais de la physiologie féminine, vous me paieriez cher pour me faire avaler la pilule" Dr Pierre Simon, gynécologue et endocrinologue – cofondateur du planning familial, donne sérieusement à réfléchir sur les dangers de cette dernière.
La révolution contraceptive doit continuer...
L'auteur finit en listant tous les moyens de contraceptions existants du plus efficace au moins efficace. A vous de trouver votre contraception idéale !

Encore vivant (Pierre Souchon)

note: 5Encore vivant ! Ophélie - 19 septembre 2017

Il y a des livres dont on ne ressort pas tout à fait indemne. Voilà un texte vivant, vibrant, riche, écorché. Une plongée au cœur de la maladie mentale, de l’hôpital psychiatrique public… mais pas que. C’est un texte empreint d’idéologie, d’humanité, de recherche de compréhension du monde qui nous entoure. La recherche de l’humanité coûte que coûte même chez les nantis pourris. Un texte qui puise dans les figures de l’enfance qui se déconstruisent au fur et à mesure. Et puis, le rapport à la nature très présent. Un hymne à la vie qui ne sombre jamais dans le pathétique. Simple et vrai. Le lecteur est pris dans la spirale de la bipolarité, ses alternances d’humeurs : de l’infiniment haut à l’infiniment bas.

Le plongeur (Stéphane Larue)

note: 4Addict Ophélie - 6 avril 2017

Avec ce roman, nous plongeons dans les cuisines de la restauration, dans l'addiction au jeu, dans l'hiver montréalais des années 2000.

Stéphane Larue a le sens de la description surtout lorsqu'il nous entraîne dans les coulisses des cuisines, le bruit des casseroles, le brouhaha de la salle, les insultes qui fusent, résonnent aux oreilles. C'est un milieu peu habituel en littérature et il y dépeint avec justesse les amitiés, les liens qui se nouent et se dénouent au fil des jours, des rushs, des tensions. Comme une famille dysfonctionnelle où chaque maillon est essentiel au bon déroulement du shift.

L'auteur nous entraîne également dans le milieu du jeu et de son addiction. Là encore, c'est un thème peu abordé en littérature. Et, une fois de plus, il décrit très bien le déni, le manque, l'adrénaline quand le narrateur se retrouve devant une machine et cette sensation d'être un minable grisé par le jeu qui vient de tout perdre. L'éloignement et la perte de ses amis. Le pilier qu'est la famille, ce point de repère qui reste malgré les errements, malgré la souffrance, l'impression d'être pris dans une spirale infernale.

Un roman très fourni, fourmillant de gens, de nuits montréalaises, d'expressions québécoises, de références musicales métal et littéraires de science-fiction. A lire pour redécouvrir les charmes de la langue française québécoise, avec un dictionnaire pour qui n'est pas habitué !

Le poids de la neige (Christian Guay-Poliquin)

note: 5Une ode à la nature Ophélie - 4 avril 2017

Du narrateur, on ne saura guère plus qu’il a été accidenté alors qu’il se rendait dans son village natal pour rendre visite à son père mourant. Il a été secouru in extremis mais sa survie n’est pas assurée. Il dépend du bon vouloir de son hôte, otage de la situation, et des habitants du village. Un huis clos oppressant, terriblement bien mené dans de courts chapitres qui laissent monter et descendre la tension au gré des évènements du village et du poids de la neige.
Une très belle surprise littéraire qui nous vient du Québec. A découvrir absolument !

Triste Amérique (Michel Floquet)

note: 2Portrait sombre Ophélie - 21 mars 2017

Pourquoi titrer "Triste Amérique" alors que l’Amérique n’est pas juste les Etats-Unis ? Elle comprend également le Canada, sans parler de l’Amérique Centrale composée de 7 pays et l’Amérique du Sud de 12 pays.

Au-delà du titre et cette petite mise au point faite, c’est un documentaire sans concession sur les Etats-Unis. L’auteur, Michel Floquet a été correspondant pour TF1 et LCI à Washington pendant 5 ans, il a donc une expérience de ce grand pays. Les sujets abordés sont larges : de l’extermination des indiens, à l’esclavagisme et la ségrégation en passant par les problèmes de sécurité sociale, de prison, de pauvreté, d’armement etc… on comprend mieux comment cette nation est née et comment elle s’est construite et perdure. Néanmoins, il manque à cet ouvrage des références concrètes. Souvent, Michel Floquet s'appuie sur des faits divers pour étayer son propos mais sans jamais citer ses sources, ou les dates. Alors, lorsqu’il parle des fusillades à l’école ou des attentats du 11 septembre, cela est facile à vérifier mais quand il mentionne des faits divers "mineurs" (qui n'ont pas traversé l'Atlantique pour venir jusque nous) qui se sont déroulés dans des petites villes et qui sont dans les rubriques locales des journaux, cela est plus compliqué. C’est donc un livre à prendre avec des pincettes et à compléter par d’autres lectures sur le sujet.

Lorsque l’auteur conclut, en parlant du mandat de Trump, par : "Son meilleur atout, finalement, c’est l’état du pays. Il suffira peut-être de pas grand-chose pour transformer une aventure improbable en un mandat acceptable", cela laisse perplexe. A sa décharge, il a été achevé d’imprimé en novembre, après les résultats de l’élection.

Roule (Tatsuhide Matsuoka)

note: 5Et roule dans la maison Ophélie - 16 février 2017

Un petit livre cartonné au graphisme simple et épuré qui fonctionnera sur les plus petits comme sur les plus grands ! De grandes séances de rigolade et de roulades en perspective, faites de la place dans le salon.
Du même auteur et avec le même succès : Saute.

Les p'tits signes (Monica Companys)

note: 4Une autre façon de communiquer Ophélie - 18 janvier 2017

Ah, si bébé pouvait parler au lieu de se mettre à hurler parce qu’il veut ENCORE un GÂTEAU !
Alors, non, ce livre ne va pas tout décoincer mais signer avec son enfant peut permettre de désamorcer certaines crises et comprendre des besoins simples et essentiels de l’enfant. Un enfant à plus de facilité à reproduire des gestes que des sons. Il faut de la patience, car il y a différentes phases : l’observation, la compréhension et l’imitation. Il faut un peu de temps avant que votre enfant se mette à signer. L’idéal, c’est un suivi avec la nounou ou la crèche. Si les signes sont répétés régulièrement, l’enfant apprendra plus rapidement.
Alors, communiquons autrement pour une meilleure compréhension !

Oeuvre non trouvée

note: 5En cuisine ! Ophélie - 22 décembre 2016

A priori, c'est simple : préparer les plats indiqués et servir aux clients. En réalité, c'est plus compliqué. Très bon jeu où le rire, les crises de nerfs sont de mises. Si vous ne communiquez pas avec les autres joueurs et ne mettez pas une stratégie en place, la cuisine prendra vite feu. Testé et approuvé par l’équipe de la médiathèque !

Cette fille, c'était mon frère (Julie Anne Peters)

note: 5Un livre qui va vous trans…porter Ophélie - 16 novembre 2016

Liam et Regan sont frère et sœur. Ils s’aiment, se disputent, se soutiennent et partagent leurs secrets. Et le secret de Liam est tellement lourd à porter qu’il devient difficile pour lui de le taire et de le garder confiné dans leur espace commun.
C’est avant tout l’histoire d’une famille ordinairement dysfonctionnelle, d’une adolescence qui essaie de s’affirmer en tant que soi. Penser à l’autre sans s’oublier soi-même. Un équilibre fragile, jusqu’où pouvons-nous aider un être cher ? C’est surtout une histoire de tolérance, d’acceptation de soi et de transformation.
On ne ressort pas complètement indemne de ce livre bouleversant tant par son écriture dynamique que par le sujet original traité de manière forte et émouvante.

Le dernier battement de coeur (Simona Sparaco)

note: 5Déconseillé aux femmes enceintes Ophélie - 9 février 2016

Luce et Pietro sont en attente de la dernière échographie de leur bébé. Ils ne savent pas encore que dans quelques instants tout va basculer. Leur vie va changer à tout jamais.
L’auteure nous guide à travers les différentes étapes que traverse Luce. Le deuil du futur qu’elle a espéré, rêvé, imaginé pour elle, son ami et son fils.
Une fiction qui sait mettre les mots sur les maux. Chaque histoire est unique, pourtant il y a dans ces mots, l’universalité du moment où tout a basculé et où la mère se sent coupable, du corps qui devient vide sans pouvoir rien y faire, ce vide qui envahit chaque parcelle du corps et du quotidien. Et aussi, la reconstruction qui se fait étape par étape. Qui se fait d’une manière différente du conjoint et qu’il est si difficile à comprendre aussi.
Un livre poignant à ne pas mettre entre toutes les mains.

Le chant de la Tamassee (Ron Rash)

note: 5Une ode à la nature Ophélie - 9 février 2016

Tout part d’un fait divers, la disparition de Ruth Kowalski dans la Tamassee. Le dernier cours d’eau de Caroline du Sud à être sauvage. La petite disparaît dans un ressaut hydraulique et le corps est impossible à sortir. Le père décide alors d’engager un ingénieur pour monter un barrage temporaire.
Partant d’un sujet grave, Ron Rash arrive avec une plume extraordinaire à laisser libre choix au lecteur de se ranger du côté des écologistes qui veulent sauvegarder à tout prix la Tamassee ou du côté du père qui souhaite récupérer le corps de sa fille pour l’inhumer.
Il nous emmène dans cette Caroline du Sud rurale où la nature est prédominante et où l’être humain n’est pas le bienvenu. L’auteur arrive à aborder de nombreux sujets tel que la protection de l’environnement, le journalisme, les relations familiales. Tout cela sans qu’on ait l’impression que le sujet soit survolé. Il arrive à faire entrer le lecteur dans la vie de ses personnages. Ron Rash est définitivement un magicien des mots et un excellent photographe de son Etat natal.

Un parfum d'herbe coupée (Nicolas Delesalle)

note: 4Des petites bulles de bonheur Ophélie - 27 janvier 2016

Il y a quelques années, la mode était à ces coffrets senteurs censés vous rappeler des parfums de votre enfance.
Ce livre est un peu comme ces coffrets avec un effet plus certain que ces parfums.
Après l’héritage laissé par son grand-père : « Tout passe, tout casse, tout lasse », l’auteur souhaite laisser autre chose qu’une « sanction » à sa future petite fille. C’est donc une lettre qu’il lui adresse et où il a compilé tous les moments clés de sa vie. Ces petits instant s fugaces qui n’ont l’air de rien mais qui ont façonné l’adulte que l’auteur est devenu.
C’est un texte universel où chacun de nous peut se retrouver.

Retour à Little Wing (Nickolas Butler)

note: 4Une histoire de vies et d’amitié Ophélie - 10 février 2015

Une belle ballade country qui parle d'amitié et d'amour et nous fait découvrir la petite bourgade rurale Little Wing dans le Wisconsin à travers le regard de quatre amis d'enfance.
Un roman sur l'Amérique "du milieu", si différente de celle des côtes. L'auteur, amoureux de sa région, parvient à restituer à travers ses 4 personnages principaux, avec beaucoup de sensibilité, la difficulté d'être fidèle à soi-même autant qu'à ses valeurs et à son entourage.

La fiancée américaine (Eric Dupont)

note: 4Saga québécoise Ophélie - 10 février 2015

Partez à la découverte du XXème siècle et de l’Amérique du Nord avec cette saga familiale riche en aventure et en émotion. A travers plusieurs générations d’une même famille, laissez-vous porter par ces secrets et ces non-dits. Sur un air de Tosca de Puccini, vivez ce drame au dénouement inattendu. Il faut aller jusqu’à la fin pour voir (presque) toutes les pièces du puzzle se mettre en place. Un régal de lecture !

Babysitting (Philippe Lacheau)

note: 3Très belle surprise Ophélie - 10 février 2015

Film surprenant à tout point de vue. On se laisse prendre et surprendre par cet anniversaire surprise qui dérape. Et où chaque protagoniste se découvre tout au long de la soirée grâce à cette caméra épaule. On aurait pu s’attendre à un film un peu lourd et très potache et on est sur une comédie très réussie où les situations drôles s’enchaînent sans jamais tomber dans l’excès ou la surenchère.
Un prix mérité car faire rire est plus dur que faire pleurer !

Vivre vite (Philippe Besson)

note: 4James Dean, une légende Ophélie - 10 février 2015

Philippe Besson s’attaque à une figure emblématique du cinéma américain avec ce roman. Ecrit suivant le point de vue de différentes personnes que James Dean a croisé ou avec qui il a partagé sa vie, cette biographie romancée vous emmène à toute vitesse sur les traces de ce fou de sensations fortes. Et vous donne envie, d’en connaître plus sur lui !

Les vieux fourneaux n° 1
Ceux qui restent (Lupano)

note: 4Bienvenue chez les vieux Ophélie - 7 février 2015

Même si de prime abord la couverture laisse perplexe, ouvrez cette bd ! Mais ne vous y laissez pas prendre, prenez la route auprès de ces 3 compères complètement déjantés. Entre humour et drame, en passant des années 50 aux années 2010, vibrez pour ce road-movie intergénérationnel.

Trompe-la-mort (Jean-Michel Guenassia)

note: 3Jean-Michel Guenassia a ce « je ne sais quoi » qui vous prend par la main et vous emmène loin ! Ophélie - 7 février 2015

Même si à mon sens, son meilleur roman reste « Le club des incorrigibles optimistes », Trompe-la-mort est indéniablement entraînant. Thomas Larch, le personnage principal, est un petit garçon ordinaire que la vie va rendre extraordinaire. Encore une belle tranche de vie que nous conte Jean-Michel Guenassia en nous baladant entre Londres et New-Dehli tout en trompant la mort.

Orange is the new black (Piper Kerman)

note: 3Le livre qui a inspiré la série. Ophélie - 7 février 2015

Piper Kerman est toute jeune étudiante quand elle tombe amoureuse de Nora et se rend complice de crime lié à la drogue. Lorsque 10 ans plus tard elle est rattrapée par son passé et incarcérée pour 13 mois, elle accepte le jugement. Elle nous emmène dans le monde carcéral féminin américain, avec ses règles implicites et explicites. Un univers fait de violence et d’amitié, un livre très touchant car l’auteur ne rentre pas dans le pathos et ne se lamente jamais sur son sort.

Une pièce en plus dans le jardin (Marie-Pierre Dubois-Petroff)

note: 4Si vous avez un grand terrain Ophélie - 7 février 2015

et que vous souhaitez aménager un endroit pour recevoir les amis, que votre ado ait son espace ou être au vert chez vous, alors ce livre est pour vous. De la petite cabane de conte de fée, en passant par l’esprit industriel des containers ou l’esprit voyageur avec des caravanes et roulottes, laissez-vous surprendre par ces aménagements aussi astucieux que cosy.

J'aurais préféré m'appeler Dupont (Guillemette Le Vallon de la Ménodière)

note: 3À sept ans, sa petite valise à la main, elle annonce à ses parents : « Je vous quitte. » Ophélie - 30 juillet 2014

Changer de famille Guillemette en rêve, elle se replonge dans ses souvenirs d'enfance avec humour, tendresse et un peu d'amertume.
Un livre qui se lit avec beaucoup de plaisir.

Pas plus de 4 heures de sommeil (Marlène Schiappa)

note: 1Stéréotype quand tu nous tiens ! Ophélie - 30 juillet 2014

Une maman débordée pas épanouie dans son couple et une working girl qui désire un enfant mais pas trop. Ce livre écluse tous les clichés de la femme moderne. Entre celle qui se dévoue à ses enfants et l'autre à son travail, vous trouverez tout de même un peu d'humour et de vécu.

Petites recettes de bonheur pour les temps difficiles (Suzanne Hayes)

note: 3Lettres à une amie Ophélie - 30 juillet 2014

Au milieu de la 2nde guerre mondiale, aux Etats-Unis, 2 jeunes femmes échanges des lettres sur le quotidien, l'angoisse de perdre leur mari ou fils partis au front. Un livre qui n'offre rien de nouveau mais qui est plaisant à lire.
Si vous avez aimé "Le cercle littéraire des amateurs d'épluchure de patates" de Mary Ann Shaffer, vous apprécierez ce livre.

La lucarne (José Saramago)

note: 4Qui n'a jamais rêvé... Ophélie - 23 juillet 2014

... de savoir ce qu'il se passe dans l'appartement au-dessus, à côté de chez nous ?
Dans la lignée de "Bonbon Palace" d'Elif Shafak et "L'immeuble Yacoubian" d'Alaa El Aswany, découvrez le tout premier roman de José Saramago. Manuscrit retrouvé des années après, et qu'il a refusé de voir publié de son vivant.
Plongez dans cet immeuble de Lisbonne, des années 50, et découvrez la vie de tous ces locataires !

Le Sommet des Dieux n° 1
Le sommet des dieux (Baku Yumemakura)

note: 5Partez à la conquête de l'Everest Ophélie - 25 juin 2014

Le sommet des dieux est un manga en 5 tomes qui vous invite à découvrir ces hauts sommets. Non seulement les dessins de Jiro Taniguchi sont à couper le souffle mais en plus, l'histoire vous tient en haleine.
Une série et un mangaka à découvrir de toute urgence !

Abélard n° 1
La danse des petits papiers (Renaud Dillies)

note: 5Un road-movie tout en poésie Ophélie - 17 mai 2014

Abélard est un jeune poussin naïf qui entreprend un long voyage pour séduire la jolie Epilie. Il rencontre sur son chemin toutes sortes de gens... On passe des rires aux larmes.

Tony Chu : Détective Cannibale n° 1
Goût décès (John Layman)

note: 5Détective cannibale Ophélie - 17 mai 2014

Tony Chu est un détective d'un autre genre, il est cibopathe. Un comic décalé, déjanté, haut en couleur et en humour : à lire de toute urgence. Âmes sensibles s'abstenir !

Lincoln n° 1
Crâne de bois (Olivier Jouvray)

note: 4Lincoln Ophélie - 17 mai 2014

Lincoln est un être infâme, sans attaches, sans foi ni loi... jusqu'au jour où il fait la rencontre de sa vie : Dieu ! Ce dernier va tenter de le convertir, peine perdue.
Un humour et un cynisme tout en douceur pour de grands moments de rire.

Ainsi résonne l'écho infini des montagnes (Khaled Hosseini)

note: 3Un conte moderne Ophélie - 3 mars 2014

Khaled Hosseini nous prend par la main et nous conte ses personnages, avec une plume sensible et pleine de poésie. Malgré tout, on ne retrouve pas l'émotion de Mille soleils splendides ou des cerfs-volants de Kaboul. Un beau roman qui nous promène à travers les époques et les pays.

Le quatrième mur (Sorj Chalandon)

note: 5Une tragédie grecque Ophélie - 3 mars 2014

Un livre bouleversant, sur l'utopie de la paix, sur la folie de la guerre. Un être humain qui renonce à tout et à rien, perdu entre ici et là-bas. On entre petit à petit dans ce roman, on ne sait pas très bien où l'auteur nous emmène, et il finit par nous faire traverser le quatrième mur. On (re)découvre Antigone, car c'est bien de théâtre qu'il s'agit.

Chambre 2 (Julie B. Bonnie)

note: 5Un hommage vibrant au corps des femmes... Ophélie - 25 février 2014

A ces corps et ces femmes qui donnent la vie et parfois, aussi, la mort. La beauté et la souffrance des corps mais aussi des âmes de ces mères se côtoient tour à tour. En arrière plan, ou en avant, l'histoire de Béatrice, auxiliaire de puériculture, revit sa vie de danseuse contrainte d'arrêter. Et tout s'enchaîne en de courts mais poignants chapitres... jusqu'au dénouement.

La petite communiste qui ne souriait jamais (Lola Lafon)

note: 5Le communisme, le sport et la Femme Ophélie - 12 février 2014

Un livre romancé très réussi sur Nadia Comaneci, cette petite fille qui a ébloui le monde entier lors des J.O de Montréal en 1976.
Un livre sur le communisme aussi, sur une petite fille qui appartient à une nation et plus à elle-même, sans exagération ni idyllisme.
Un livre sur une petite fille qui devient femme et qui voit son corps se transformer sans réussir à l'accepter.
Un livre qui pose des questions sur ces notions de libertés Est/Ouest... tellement d'actualité !
A lire de toute urgence !

Retour Haut