Rechercher par titre, auteur, sujet...

 

Partager "Horaires d'ouverture" sur facebookPartager "Horaires d'ouverture" sur twitterLien permanent

La peau de mon tambour (Marie Sellier)

note: 4Roman ado/adulte Smart - 18 août 2018

Malmenée par sa mère, la jeune Zoé est blessée dans sa chair et son âme. Comment se construire quand on est constamment dévalorisée ? Zoé voit son univers se transformer autour d’elle.
L'auteure nous livre une histoire bouleversante avec un style unique qui met en lumière l'intériorité de l'héroïne.
Un roman âpre et lumineux sur les bouleversements de l’adolescence.

Ma mère, la honte (Hubert Ben Kemoun)

note: 4Roman ado/adulte Smart - 18 août 2018

Hubert Ben Kemoun s’est inspiré d’un fait divers réel pour écrire son roman. Il décrit une descente aux enfers orchestrée par une société prompte au jugement.
Un roman passionnant et intense, non dénué d'humour, qui révèle avec clairvoyance la spirale de la honte, le regard impitoyable de certains.
Une lecture pour adolescents et adultes intelligente drôle et sensible

Le soleil est pour toi (Jandy Nelson)

note: 5A découvrir de toute urgence Smart - 18 août 2018

Evoquant des thèmes forts comme l'amour, l'homosexualité, la séparation, le deuil, Jandy Nelson parvient à nous captiver. « Le soleil est pour toi » est un roman lumineux, bouleversant, où s'entremêlent, comme dans la vie, la tristesse et la joie. Une belle lecture sur l’adolescence et le poids des secrets.

Le syndrome de la chouquette (Nicolas Santolaria)

note: 4 JFP - 3 août 2018

L’excès d’anglicismes au boulot vous donne de l’urticaire ? Les moofers à l’assaut des cafés, vous en avez votre dose ? Vous cherchez une réponse à une question aussi épineuse que « faut-il se marrer aux blagues du chef » ? Les néo-concepts fumeux censés régir la vie au travail vous agacent mais vous avez pris le parti d’en rire ? Dans tous les cas, ce livre de Nicolas Santolaria est pour vous. Dans un style proche de celui de Frédéric Pommier, drôle, acéré et dupe de rien, il démontre en quoi certaines théories d’organisation du travail sont absurdes (découvrez le forced ranking, p. 192) et dévoile quelle réalité cachent certains néologismes sous couvert d’innovation et de cool attitude (voir jobbing, p.58). Il n’épargne pas non plus l’employé de bureau, ses petits rituels, sa mauvaise foi, son côté flemmard, son goût pour le ragot.
Initialement publiées dans « Le Monde », ces chroniques peuvent se lire dans un ordre totalement aléatoire. Ne ratez pas celle sur la conversion -fictive- d’un propriétaire de chambres d’hôtes en Provence trouvant enfin son épanouissement comme contrôleur de gestion dans une multinationale. Ni le récit véridique d’un candidat à un poste de barman rédigeant une lettre de motivation très, très éloignée des conventions.

Le tour de Belgique (Monsieur Iou)

note: 3 G. Abitbol - 2 août 2018

Je ne connaissais pas les éditions "Rue de l'échiquier". C'est donc armé d'une certaine curiosité que je me suis lancé dans la lecture de cette BD, en ayant au préalable jeté un œil au catalogue de ladite maison : vivre ensemble, écologie, comportements responsables ou développement durable, la liste est aussi éclectique que pointue, aussi engagée que sérieuse !
Cette première BD s'inscrit donc dans la continuité de documents portant des valeurs comme le déplacement doux ou tout simplement l'envie de consommer plus intelligemment.
Et je peux dire que les premières pages m'ont vite désarmées... Présentant le défi d'un jeune bruxellois amateur de vélo et souhaitant partir à la découverte de son beau (et trop peu connu) pays, nous découvrons petit à petit ses excursions, souvent courtes, souvent assez peu pédagogiques. Moi qui pensais en apprendre plus sur Liège, Mons ou Genk, que nenni. Me voilà encore confronté à une BD "journal intime" sans consistance, à une envie un peu maladroite d'un jeune dessinateur de raconter ses dernières aventures, pas toujours bien passionnantes pour le lecteur...
Malgré cela, je décide de poursuivre la lecture, principalement car le dessin est joli et agréable, le parti pris graphique de colorer uniquement avec les 3 nuances du drapeau belge (jaune rouge noir, mais vous le saviez) étant particulièrement bien senti ; et puis les quelques blagues sur l'amour de notre cycliste pour la bière sont un peu rassurantes aussi.
Bien m'en a pris ! C'est que le charme de cette BD ne se livre que progressivement. Exactement comme une balade à vélo, c'est page après page que l'on prend le rythme et que l'on commence à vraiment apprécier l'univers dans lequel on nous entraine. Car si la Belgique (et la France, un tout petit peu) sert de fil conducteur, c'est bien une ode à la petite reine que nous livre l'auteur : du choix du matériel au goût de l'effort, des bonheurs des pauses en pleine nature à celui de re(découvrir) une certaine lenteur, c'est une vraie célébration des bienfaits du vélo : celui d'apprendre à lever le nez du guidon pour regarder autour de soi.

Retrouvez les avis des bibliothécaires directement sur les documents !

 

Partager "Avis des bibliothécaires visuels" sur facebookPartager "Avis des bibliothécaires visuels" sur twitterLien permanent