Rechercher par titre, auteur, sujet...

Boite articles

Partager "Horaires d'ouverture" sur facebookPartager "Horaires d'ouverture" sur twitterLien permanent

Four corners & steps ahead (Second Direction)

note: 4Bending new corners G. Abitbol - 11 octobre 2018

Vous connaissiez One Direction ? Non ? Tant mieux, car rien à voir. Les Second Direction, eux, lorgnent plutôt du côté du jazz fusion. En témoigne cette compilation de deux enregistrements : le premier, "Four corners", une pépite de 1976 qui s'inscrit totalement dans la mouvance du Weather Report de Jaco Pastorius et livre des morceaux très bien équilibrés, permettant à tous les musiciens de s'exprimer pleinement (le morceau "Peace" et sa basse électrisante, "Flying carpet ride" joli dialogue entre le piano électrique, flûte, sax et percussions). Le second, "Steps ahead", enregistrement inédit de 1978 et qui ne comporte plus [...]

La nuit transfigurée (Arnold Schoenberg)

note: 4Douce nuit G. Abitbol - 11 septembre 2018

Œuvre de jeunesse composée en 1899, soit bien avant la rigueur et l’âpreté mathématique de la période dodécaphonique, Arnold Schönberg livre avec cette « Nuit transfigurée » une magnifique œuvre pour cordes, s’inscrivant complètement dans la lignée des compositeurs romantiques, Tchaïkovsky et Richard Strauss en tête. Composée d’un seul mouvement, « Grave », elle dépeint la balade d’un jeune couple dont la femme confesse attendre un enfant d’un autre homme. Une histoire tragique soutenue comme il se doit par une écriture orchestrale bouleversante, parfaitement équilibrée entre les codes de la musique du 19e siècle et déjà, l’audace d’un post-romantisme balbutiant. [...]

Song for alpha (Daniel Avery)

note: 5Boing boom tschak G. Abitbol - 24 juillet 2018

Cinq ans après un "Drone logic" unanimement salué, le
britannique assoit définitivement son emprise sur l'amateur de techno dure, et plus largement de musique électronique. Car s'il est toujours l'orfèvre d'une techno hypnotique et cérébrale, Daniel Avery compose avec ce 2nd album une musique hors du temps, réussissant la filiation avec les pionniers 90's d'une "musique de danse intelligente" (Plastikman, Aphex Twin) tout en écrivant la bande-son d'un futur froid, industriel et terriblement attractif.
Capable de circonvolutions subtiles et cristallines comme
d'envoyer des beats en mode rouleaux compresseurs ("Diminuendo"), la musique d'Avery touche autant à l’intime et au personnel qu’à [...]

Bärlin (Bärlin)

note: 4Rock Lillois G. Abitbol - 19 juin 2018

C'est une chance d'avoir, dans cette équipe de bibliothécaires, des Lillois pur jus, à même de vous conseiller des pépites locales lorsqu'on ne les connait pas encore. Il aurait été effectivement bien dommage de ne découvrir ce trio de musiciens épatants, qui avec cet "Emerald sky", livre un second opus insaisissable mais ô combien accrocheur, s'inscrivant parfaitement dans la lignée de leurs références (revendiquées) : 16 Horsepower / Wovenhand, Morphine ou encore Nick Cave époque Birthday Party. Compositions plaintives et laconiques empruntant à la torpeur du post-punk comme à l'atmosphère envoûtante du dark jazz (on pense aussi aux excellents [...]

All this I do for glory (Colin Stetson)

note: 4Beau saxo G. Abitbol - 2 juin 2018

Habitué à accompagner en tournée des groupes de renommée mondiale comme Arcade Fire ou Bon Iver, Colin Stetson est un saxophoniste inventif, qui exprime pleinement son potentiel sur ses disques solos. Utilisant une technique proche du drone, cette musique répétitive centrée sur un bourdon (c’est-à-dire un son répété ad nauseam avec de très légères variations), il explore son instrument dans toutes ses possibilités et réussit à produire une musique au croisement du free jazz, de
l’electronica, de la musique contemporaine et du post-rock. Une frontière musicale qui devrait plaire autant aux adeptes du label canadien Constellation (Godspeed you ! Black [...]

Tout corps vivant branché sur le secteur étant appelé à s'émouvoir... (Hubert-Félix Thiéfaine)

note: 5Twiste et chante, moi je flippe G. Abitbol - 1 juin 2018

Accompagné du groupe franc-comtois Machin, qui donne une teinte musicale folk typique de l'époque, Thiéfaine livre un premier opus inénarrable. Sorte d'hommage burlesque aux groupes progressifs (Ange?) et à la Chrysler rose de Dashiell Hedayat... à l'image de l'épopée du "22 mai" ou du superbe "Chant du fou" (préambule à Alligators 427?). A côté de cela, toutes les ballades phares du compositeur. Un classique
indémodable.

Tout ce qu'on a fait, vol. A, 1992-1997 (Zabriskie Point)

note: 5Juste jouer G. Abitbol - 20 avril 2018

Avant de devenir un écrivain à succès, lauréat du César de la meilleure adaptation de roman pour le film « Entre les murs » (lui-même Palme d’or) François Bégaudeau a fait ses armes en tant que chanteur. Dans ses jeunes années, dans la région nantaise, l’auteur et des amis fondent le groupe de punk rock Zabriskie Point, qui va considérablement dynamiser et influencer la scène locale, puis nationale. On retrouve déjà les thèmes chers à Bégaudeau : critique sociale et politique, regard acide sur le sectarisme militant… Musicalement, le groupe livre un punk rock efficace et plutôt mélodique, à l’instar des Shériff [...]

Racey roller (Giuda)

note: 4Ballroom blitz G. Abitbol - 20 avril 2018

On peut aimer le rock indépendant alambiqué, celui qui s’écoute en se grattant la tête, qui nécessite dix essais pour s’apprécier à sa juste valeur ; on peut aimer l’expérimental, l’ampoulé, le bidouillé au son cradingue. On peut. Sinon, on peut écouter Giuda. Chez Giuda, c’est simple, tout est simple. Pas de doute, chez Giuda, on joue en 4-4-3, sans protège-tibia et avec ballon en cuir crevé. On collectionne les images Panini, et pas que celle du calcio. Pas de doute, dans les vestiaires, on discute Gary Glitter, T-Rex et Slade. Y'en a même un qui est amoureux de Suzi [...]

Soundbreaking (Maro Chermayeff)

note: 5Documentaire musical à voir G. Abitbol - 6 avril 2018

Transposition d'une création américaine (initialement en 8 épisodes) par l'équipe d'Arte, "Soundbreaking" constitue un documentaire musical de choix, chapitré très intelligemment par des thèmes d'importance, permettant un regard dépassant les genres musicaux et les époques. Ainsi, les rôles du producteur, des maisons de disque, des innovations technologiques permettent de comprendre de façon très simple ce qu'ont apporté des figures aussi variées que la Motown, Rick Rubin, George Martin, Jean-Michel Jarre, Public Enemy, Elvis Presley, Mark Ronson... C'est aussi l'occasion de mettre en valeur le talent et les choix de certains artistes, réussissant à s'affranchir d'un modèle dominant (au choix : [...]

Mister yellow (Washed Out)

note: 4Chillax G. Abitbol - 6 avril 2018

Connaissez vous la chillwave ? Ce courant, synthèse de musique électronique et de "dream pop" (soit des mélodies planantes voire langoureuses), passé au filtre d'effets synthétiques, a connu une gloire éphémère au début des
années 2010, avant de presque disparaitre. L'américain Washed Out, fer de lance du mouvement, est une entrée on ne peut plus moelleuse dans le style. Si initialement, on recherche l'atmosphère douce, relaxante, cosy dans la tradition d’un bidouillage lo-fi né des années 80, la chillwave version 2017 a ouvert un peu son spectre, et rappelle parfois la pop sous acides de la scène de Madchester (Happy [...]

Tumult (Meute)

note: 5Triomphallemand JoBo - 5 avril 2018

L'idée de mélanger 2 trucs appréciables regorge de ratés, mais aussi et surtout de réussites : le salé/sucré lors du brunch du dimanche midi, le vélo et la bière avec les sorties des "Binouzes Bikers", le football et les grosses cylindrées avec le jeu vidéo Rocket League… S'ajoute donc à cette série, Meute et son art de faire cohabiter fanfare et techno. 11 gaillards allemands, qu'on imagine allégrement crampons aux pieds en maillot blanc estampillé Mannschaft, plutôt branchés veste rouge à gros boutons et cuivres au bout des doigts. Soubassophone, saxophones, trompettes, grosses caisses… et un xylophone démentiel : la [...]

Big band (Le Réveil des Tropiques)

note: 3Tropique du concert G. Abitbol - 30 mars 2018

Quintet parisien comprenant des musiciens avec une solide expérience (Oiseaux-Tempête, Ulan Bator...), le second album du Réveil des Tropiques est né, à l'instar de son prédecesseur, d'un enregistrement s'étant déroulé pendant 3 jours consécutifs. Une place particulière est donc accordée à l'improvisation, ce qui donne un disque ensorcelant, non linéaire, entre montée rock progressive psyché, passages bruitistes (avec une utilisation renforcée du "bourdon" propre à la musique drone) et atmosphères post-rock. Bien loin d'un format chanson, ce disque est avant tout à appréhender dans la durée : lui laisserez-vous le temps de vous emmener dans ce voyage cosmique ?

Cartoons (Fred Pallem)

note: 4Fulguro jazz G. Abitbol - 21 mars 2018

Le Sacre du Tympan, le re-re-retour. Après un magnifique album consacré à François de Roubaix, puis un hommage épique au "Soul cinema" de la blaxploitation, quoi de plus logique que de réaliser l'album pour geek ultime ? C'est chose faite avec ces 10 morceaux hauts en couleurs, illustration parfaite de la folie et de l'humour "Pallemien" (mot invariable : relatif à Fred Pallem. Bientôt dans tous les Petit Robert). Cette relecture funky, (Inspecteur Gadget version west coast), frénétique (The Simpsons) voire carrément potache (l'histoire d'un gars qui vit dans un ananas dans la mer. True story.) démontre une fois de [...]

Mirages (Sabine Devieilhe)

note: 4Trip à la mode de Caen G. Abitbol - 7 mars 2018

Dans le cas fort improbable où vous ne connaîtriez pas encore la soprano Sabine Devieilhe, ce disque constitue un excellent cours de rattrapage. Conçu autour de l'orientalisme, courant à la mode à la fin d'un XIXe siècle qui se passionne pour "l'exotique", on retrouve dans ce programme quelques belles pages de la musique française, dont le célébrissime "Duo des fleurs" de Lakmé. Un répertoire que notre colorature connait parfaitement, puisqu'elle l'interprète depuis des années sur scène. Lassitude ? Bien vite dissipée par la diction parfaite et la voix cristalline et enchanteresse de l'artiste. N'oublions pas non plus le choix de [...]

Wallflower (Jordan Rakei)

note: 4Air Jordan G. Abitbol - 28 février 2018

Voilà donc Jordan Rakei signé sur le prestigieux label Ninja Tune pour ce second album. Expatrié à Londres, l'australien de 25 ans séduit par ses productions léchées. Son timbre risque de vous rappeler un certain Jeff Buckley... Mais la finesse de ses productions l'inscrit surtout dans les pas d'un James Blake, cultivant l'équilibre parfait entre la concision travaillée des musiques électroniques et celle d'un talent brut et sans autres artifices que la justesse de la voix ou l'intelligence d'arrangements sachant tirer le meilleur du jazz, de la pop ou du hip-hop. Un blanc-bec aux oreilles grandes ouvertes, qui au [...]

Bodysick (Bison Bisou)

note: 4Bison biloute G. Abitbol - 13 février 2018

Après 3 EP sortis depuis sa création en 2011, les Lillois de Bison Bisou passent enfin la vitesse supérieure avec un premier long format (35 min) qui leur laisse tout le loisir nécessaire pour déployer la large palette musicale en leur possession. Les couleurs sont donc avant tout celle du spectre de la sphère indé, tour à tour math rock, post hardcore ou tout simplement celle d'un rock énergique et mélodique, s'appuyant sur les cassures de rythme d'une guitare malicieuse n'hésitant pas à s'aventurer vers des éléments un peu plus noise. Si on ne navigue pas bien loin d'un [...]

Pas sorcier ! (La Gargote)

note: 4Ragougnasse ? JoBo - 10 février 2018

Ironie des mots ! Même si "Gargote" signifie "mauvaise cuisine", la tambouille concoctée par les parisiens est enjaillée et vivifiante. Ils ont fait salle comble lors de leur venue à Lille. (Ah oui, ce n'était "que" le Biplan). Plusieurs voix masculines, des instruments toujours plus nombreux (guitares, contrebasse, accordéon, piano, flûtes, scie musicale, concertina, tuba, viole, banjo…) et une grande variété dans les textes et les chansons. Chants marins, sonorités tziganes, valses bien d'chez nous, poésies… la mauvaise cuisine nous régale ! T'en reprendras bien un peu ?

Les bronzés font du Ch'ti (Ministère des Affaires Populaires)

note: 4Rap, Accordéon et Guignols ! JoBo - 3 février 2018

L’ancien groupe des p’tits gars de Roubaix, qui faisait lever les mains et les consciences dans les bistrots, les festivals et quasi chaque année pendant la fameuse fête wazemmoise de la Soupe. Même s’ils se sont séparés depuis quelques temps (HK et les Saltimbanks, Sidi Wacho…), ils ont laissé leur empreinte dans le rap ch’ti : gouaille populaire aux accents du nord et de l’Algérie, relents d’accordéons, rap engagé voire quasiment insurgé. "La chasse est ouverte" a ma préférence, suivi de près par "Salutations révolutionnaires", où on retrouve avec plaisir Mouss et Hakim, les joyeux lurons de Zebda. [...]

Dance to the ring in our ears (Sweat Like an Ape)

note: 4Monnaie de singe G. Abitbol - 23 décembre 2017

La musique des "Sue comme un singe" (?? Un singe ?) est à l'image exacte de cette pochette colorée et clinquante. Ça remue, ça part dans tous les sens, c'est bourré d'énergie, c'est plein de bonne volonté, c'est dansant, BREF, c'est communicatif. Et en plus, ça vient de Bordeaux ! (Ne vous fiez pas à l'accent anglais impeccable du chanteur, qui lui, vient bien de la Perfide Albion). En tout cas, entre le groove de !!! (Chk Chk Chk), la nonchalance de la scène no-wave/post-punk et les apports bienvenus d'influences africaines (impossible de ne pas penser à Fool's Gold), Sweat [...]

Salone (Kondi Band)

note: 4Sanza fever G. Abitbol - 9 décembre 2017

Rencontre entre deux musiciens aux parcours différents : d'un côté Chief Boima, DJ et producteur américain originaire de Sierra Leone, qui se charge d'apporter sa "culture club" à la virtuosité de Sorie Kondi, joueur de sanza, ce piano à pouces caractéristique que l'on retrouve sous différentes appellation en fonction des pays où il est pratiqué (likembé aux Congos, marimba ou encore kondi... justement !). Dans le genre, on connaissait déjà les formidables Konono n1 et leur album Congotronics, qui mariait diablement bien les sonorités métalliques de l'instrument à des rythmes, amplifiées par des moyens de fortune. On retrouve ici cette [...]

Tout est magnifique (Jacques)

note: 4 G. Abitbol - 17 octobre 2017

Jacques est un phénomène, investi de deux missions qui semblent pourtant impossibles : remettre à la mode la coiffure dite "à la Gérard Jugnot", et plus facile, faire des objets du quotidien une intarissable banque de sons à mettre en musique. Avec une philosophie propre à la musique concrète, Jacques est pourtant plus une sorte de dadaïste dans sa manière de composer : lunaires, excentriques et plutôt drôles, ses cadavres exquis instrumentaux, dont les sources sonores sont indiquées en notes de livret (presque un poème surréaliste en soi), restent étonnamment dansants. En un mot : ça fonctionne ! Reste le [...]

Crook songs (Oncle Strongle)

note: 4New Orleans not dead G. Abitbol - 3 octobre 2017

Le long de la Garonne, un son étrange de clarinette résonne à travers la ville… vient la rejoindre une contrebasse, des cuivres, puis un banjo. Le temps d'un instant, de Bordeaux à la ville rose, l'eau prend une teinte bourbon et l'air empeste le cigare bon marché, pendant qu'on tape le carton le bord des trottoirs. Les responsables ? Oncle Strongle, le meilleur groupe de "Garage swing" de l'Hexagone ! Il en faut peu pour être heureux...

We're mad ! (The Toy Dolls)

note: 4Livin' la vida loca G. Abitbol - 27 septembre 2017

Génial, un disque des Toy Dolls à la médiathèque ! Chainon manquant entre les Monty Python, NOFX et le Dr Emmett Brown, voici les punk les plus potaches du royaume britannique. Une anthologie qui vous donne une bonne excuse pour re-chanter (faux) "Idle gossip" ou "She goes to Finos" lors de vos champêtres ballades en famille du dimanche, sous les yeux effarés (côté passager) de votre femme, évidemment.

Orfeo chaman (Christina Pluhar)

note: 5Baroque contemporain G. Abitbol - 20 septembre 2017

Christina Pluhar est une habituée des projets inclassables. L'autrichienne (mais française d'adoption : elle réside à Paris) s'est imposée depuis plus de 15 ans comme une vraie spécialiste de la musique ancienne. Pourtant pas de doute : elle prend un malin plaisir à dépoussiérer la musique classique ! Né à l'occasion d'un spectacle à Bogota donné en 2014, cet opéra moderne revisite le mythe d'Orphée en mariant musique baroque et répertoire sud-américain. Un programme enchanteur, tant le chant du jeune argentin Nahuel Pennisi, bluffant de justesse et d'émotion, se conjugue bien avec le jeu de l'ensemble de l'Arpegiatta (qui pour [...]

Sabador (Africando)

note: 5Dakar-New York-La Havane DDO - 19 septembre 2017

Au début des années 90, Ibrahim Sylla , producteur africain et découvreur de quelques-uns des plus grands talents de la musique ouest africaine, décide de revenir à ses premiers amours.
Car, dès les années 50, Cuba veut faire la révolution en Afrique (Le Che et Fidel y feront plusieurs allers-retours). Les liens entre le continent et l’île se resserrant, les artistes cubains inondent alors de leurs 45 tours le continent noir, comme un retour aux origines pour cette musique qui a gardé et revendique son africanité.
Les disques du Trio Matamoros et Guillermo Portabales côtoient alors les artistes country( ??) et plus [...]

This is Trojan (Desmond Dekker)

note: 5Made in Jamaica G. Abitbol - 26 août 2017

Fondé à la fin des années 1960 afin d'importer la musique jamaïcaine sur le territoire britannique, Trojan Records est un label emblématique, adulé par tous les amoureux de reggae et de ses ramifications. L'équivalent d'un label comme Stax pour la soul ou Chess Records pour le blues... Voici sans doute la compilation définitive pour redécouvrir des tubes incontournables comme "Israelites" de Desmond Dekker, "Return of Django" des Upsetters, "Rivers of Babylon" des Melodians, "Liquidator" d'Harry J All Stars... La crème de la crème !

Colter Wall (Colter Wall)

note: 5Crazy heart G. Abitbol - 4 août 2017

Colter Wall a 21 ans. C'est son premier album. Il vient du Saskatchewan, pays de vastes plaines au beau milieu du Canada. Maintenant que vous avez cette information, il se peut que vous vérifiiez une nouvelle fois que vous avez bien introduit son CD dans votre platine... Le timbre de baryton du chanteur s'apparente en effet davantage à celui d'un vieux baroudeur du fin fond des Appalaches, et ses intonations caressantes semblent sortir du corps d'un homme ayant vécu plusieurs vies... On est loin du jeune premier propret du Grand Ole Opry comme les USA en sortent régulièrement. Passé cette [...]

In excelsis stereo (Gloria)

note: 4G-L-O-R-I-A G. Abitbol - 11 juillet 2017

Tout n'est pas parfait chez les françaises de Gloria (car même si des hommes font aussi partie de ce groupe rassemblé un peu par hasard dans un manoir breton pour célébrer l'amour de la pop 60's, on privilégiera, une fois n'est pas coutume, le genre féminin). Un disque comme "in excelsis stereo", brille ainsi davantage par sa fraicheur rétro que par son originalité, usant un peu tous les poncifs du genre, à grands renforts de guitares fuzz et de trille psychédélique. Mais le trio vocal sait bougrement y faire. Là où des girls groups aussi sympathiques que Vivian Girls [...]

Sons of love (Thomas de Pourquery)

note: 5The genius of De Pourq G. Abitbol - 7 juillet 2017

Voila un jazzman libre comme l'air et osant tout, du projet débridé - déjà au côté du sextet stellaire "Supersonic" - comme "Plays Sun Ra" ("meilleur album" aux Victoires du jazz 2014), à l’album "Broadways" où le voila pousser la chansonnette dans le rôle du crooner habité... Il faut dire que Thomas de Pourquery n'a jamais caché son amour du rock et cette envie de ne pas s'enfermer dans une case, et cela dès son projet DPZ. Le voila donc de retour avec "Sons of love", un album solaire, incandescent même : on y retrouve sous le vernis du [...]

Moderne (Les Jambons)

note: 4Les frères couenne G. Abitbol - 30 juin 2017

Deuxième des trois albums produits par Les Jambons, défunt groupe nantais, "Moderne", sorti en 2000, n'a pas pris une ride. Ça n'est guère étonnant : à l'instar des groupes de chansons roublards et 3e degré auxquels ils font penser immédiatement (Les VRP, Nonnes Troppo, Les Malpolis... voire Odeurs), le style musical est dépouillé, ça swingue... et les textes sont suffisamment bien écrits pour être intemporels. De "Madame Robert", clin d’œil à Nino Ferrer, au "Petit clown ridicule" (qui n'a pas pris une ride non plus, tout juste quelques kilos), voici douze morceaux qui mettent de bonne humeur.

Les grandes artères (Louis-Jean Cormier)

note: 5 JFP - 13 juin 2017

Dans « Les grandes artères », les gens dérapent, les gens trébuchent, ils sombrent, ils fuient, ils se séparent. Mais pas seulement : dans « Les grandes artères » aussi, des mains se tendent, des ponts se créent : entre le sans-abri et l’automobiliste pressé, entre l’amant repentant et sa belle évaporée, entre le proche secourable et l’ami qui tombe. Les relations humaines, aussi imparfaites soient-elles, sont le moteur des chansons du québécois Louis-Jean Cormier dont le sens du collectif éclate dans « La fanfare », hymne tonifiant à la combativité. Passant de la folk à des sonorités plus psychédéliques, [...]

Greatest hits (Einstürzende Neubauten)

note: 4Silence is sexy G. Abitbol - 10 juin 2017

Originaire de Berlin-Ouest et formé en 1980, Einstürzende Neubauten, littéralement "les nouveaux immeubles s'écroulant", est un groupe dont la proposition artistique s'est profondément adoucie avec le temps. S'inscrivant initialement au sein du courant de la musique industrielle, leurs performances radicales voient l'utilisation d'outils de chantier (masses, perceuses...), de matériaux divers (plaques de métal, tubes en verre...) en vue de la création d'une musique post-moderne, arty et politique. Gardant des éléments bruitistes, le style musical va évoluer à la fin des années 1980 vers un rock sophistiqué avec une couleur musicale propre, utilisant des éléments nouveaux comme le silence, le souffle, [...]

It's snowing on my piano (Bugge Wesseltoft)

note: 3Piano solo G. Abitbol - 7 juin 2017

Premier album du pianiste norvégien, sorti en 1997, "It's snowing on my piano" est un album solo, qui se présente ici dans une édition agrémentée d'un DVD captant le musicien en 2005 entouré par ses comparses Nils Landgren, Lars Danielsson ou Ulf Wakenius. Une bonne opportunité de découvrir les différentes facettes du jazzmen. C'est aussi, en ce qui concerne l'album proprement dit, un Bugge Wesseltoft peut être moins connu des amateurs l'ayant découvert avec ses expérimentations électroniques (c'est un des fers de lance du courant "nu jazz"). Voici un album reposé, tout en délicatesse, à la frontière du jazz et [...]

English tapas (Sleaford Mods)

note: 3Cockney Rejects G. Abitbol - 2 juin 2017

Envie d'une belle tranche de vie grisâtre de nos amis britanniques ? Ces "tapas anglais" devraient faire l'affaire. Le duo de Nottingham (ville à qui l'on doit Robin des Bois ou Jake Bugg, deux profils de gendre idéal somme toute), est particulièrement prolixe avec près de 10 albums en une dizaine d'années, sur un mode opératoire bien rôdé. Au menu, un tempo minimaliste aux relents punk (basse/batterie) et des textes incisifs déclamés par l'accent cockney à couper au couteau de Jason Williamson, quelque part entre l'arrogance de John Lydon et la nonchalance débonnaire et rigolarde de Baxter Dury. Le hip-hop [...]

La musique de l'Antiquité

note: 5Le chant des ruines G. Abitbol - 2 juin 2017

A quoi pouvait bien ressembler la musique, avant l'invention de l'enregistrement sonore ? Une production discographique (de plus en plus pointue), allant de la période médiévale au début du XXe siècle a déjà répondu à cette question importante pour bien des mélomanes ; on ne peut en dire autant sur la musique antique. Ce disque, qui est le fruit d'une collaboration scientifique et musicale de longue haleine (adaptation des textes et fragments à disposition, travail de reconstitution des instruments par des facteurs passionnés) permet de s'imprégner d'un univers sonore à jamais disparu. Depuis la musique de la Grèce antique (500 [...]

Garoche ! (Arbadétorne)

note: 4Dealer de mogettes G. Abitbol - 2 juin 2017

Moins connu que son voisin breton, le patrimoine musical et folklorique vendéen est lui aussi d'une grande richesse. Présenté ici au travers de rondes, branles et autres valses, d'influences celtiques mais aussi profondément Saintongaises (les Charentes actuelles), ce sont l'accordéon, le violon, les vents, la guitare et les chants qui en restituent tout son relief. Arbadétorne, le groupe traditionnel vendéen le plus renommé, vous donnera des envies de balade dans l'Ouest, du Bocage à Noirmoutier, à la (re)découverte de cette région merveilleuse.

Laudes (Denis Raisin Dadre)

note: 5De l'Orient à l'Occident G. Abitbol - 31 mai 2017

Après avoir exploré la musique religieuse chrétienne de la Renaissance, l'ensemble Doulce Mémoire, dirigé par Denis Raisin Dadre, poursuit ses recherches en s'intéressant sur ce disque aux liens unissant les confréries musulmanes et chrétiennes. Ils s'accompagnent pour l'occasion de Taghi Akhbari et Nader Aghakhani, respectivement au chant persan et au târ (petit luth perse). En résulte ce disque délicat, où l'on célèbre les "laudes" (louanges). Des chants dévots certes de traditions différentes, mais d’une finesse exquise.

Rencontrer Looloo (Chocolat)

note: 4L'infâme Chocolat G. Abitbol - 14 avril 2017

Gare aux fausses pistes ! A croire en effet que les québécois prennent un malin plaisir à vouloir emmener l'auditeur là où il ne l'attend pas, pour mieux le surprendre et l'étonner. A commencer par la pochette, qui si on la regarde à la dérobée tire plus sur le cartoon façon Beavis and Butthead que vers l'épopée cosmique à la Gérard Manset - dont nous ne sommes pourtant pas loin. Musicalement, il y a bien quelques morceaux de bravoure, à l'instar des titres hard psyché "Looloo" et "Retrouver Looloo" (Looloo ?? Oui, c'est moi. Mais, c'est qui ce "Looloo" [...]

Le matin du pélican (Eskelina)

note: 4skol ofenstrü G. Abitbol - 11 avril 2017

Il y a de fortes chances que vous vous demandiez à l'écoute de cet album, d'où peut bien venir cette pointe d'accent que l'on entend chez Eskelina. Du sud-ouest, façon Olivia Ruiz? Quoique ces intonations ont un côté québécois, comme chez Ariane Moffatt... Ne cherchez plus : il fallait reconnaitre la Suède, d'où la chanteuse s'est expatriée il y a dix ans. Des aventures relatées dans le texte "La valise rose", écrit par Florent Vintrigner (La Rue Kétanou) et composé par Christophe Bastien (Debout sur le zinc), qui signent par ailleurs toutes les chansons de ce premier album. En résulte [...]

La grande illusion (Kent)

note: 4 G. Abitbol - 17 mars 2017

Lors de son passage à la médiathèque de la Madeleine en décembre 2016, Kent expliquait qu'il lui était nécessaire, pour lui donner l'envie de créer de nouvelles compositions musicales, d'effectuer un véritable travail d'introspection, mais également de prise de distance sur la turbulente actualité... Un recul indispensable pour écrire et se renouveler, lui qui avec cet album, fête ses 40 ans de carrière (depuis 1977 et les premiers titres de Starshooter). Retour au format musical de la chanson pop donc pour cet opus, marqué par des textes forts ("Un revenant", sur les attentats du 13 novembre 2015) et des arrangements [...]

Aqua toffana (Anastasia)

note: 4 G. Abitbol - 17 mars 2017

Elle ne squatte pas les écrans télé, et on se demande bien pourquoi, car le niveau de cet album de la chanteuse Anastasia est relevé à tout point de vue. Portées par la voix chaude et gorgé de soul de la chanteuse, les compositions synthétisent le meilleur du groove et de la chanson française, avec une diction parfois slamée, toujours juste. Les arrangements ne sont pas en reste. Les paroles, fines et bien pensées, marquent la naissance d'une vraie plume, et confirment au passage tout le bien que l'on pensait de Batlik et Alexis HK, qui signent 4 textes. Une [...]

What matters now (Ursus Minor)

note: 4L'appeau de l'Ours G. Abitbol - 22 février 2017

Sans étiquette, sans complexes, sans concession : la musique du collectif Ursus Minor est celle d'un engagement total, dans les textes (ZAD song en référence à Notre-Dame des Landes, La meilleure des polices qui aurait pu naitre sous la plume de Kery James), dans les choix musicaux où cohabitent étonnamment bien le groove du funk et du chant rappé, la puissance des guitares électriques, la finesse d'un air de clarinette furtif... Quatre parties auront été nécessaires pour articuler les morceaux de ce double album très dense, mais dont la grande liberté de ton est vraiment réjouissante. What matters now ? [...]

The piper at the gates of dawn (Pink Floyd)

note: 5Pipeau acide (Barrett) G. Abitbol - 16 février 2017

Premier album et premier classique absolu du Floyd. Sorti en 1967 après quelques essais prometteurs (See Emily play, Arnold Layne), le groupe anglais, alors dominé complètement par la figure de Syd Barrett, produit une pop psychédélique sous haute influence des contes pour enfants et du LSD ("Bike"), Un album particulier dans leur discographie, le préféré des fans rebuté par le tournant stadium rock entamé avec les années Gilmour/Waters.

Hors sol (Grèn Sémé)

note: 4Maloya du XXIe siècle G. Abitbol - 7 février 2017

En perpétuelle mutation, le maloya, genre musical phare de La Réunion, ne cesse de se renouveler et d'épater les oreilles des mélomanes en dehors de son île. Grèn Sémé, quintette de musiciens mené par le chanteur et auteur Carlo de Sacco, en propose une version moderne et enthousiasmante. Porté par les percussions traditionnelles et les mélodies du synthétiseur, les textes poétiques et bien ficelés rappellent le meilleur de la chanson francophone - voire du slam, tandis que les instruments se laissent divaguer jusqu'à des territoires habituellement habités par le jazz ou le free rock (un album qui ne doit pas [...]

A moon shaped pool (Radiohead)

note: 5 JFP - 16 décembre 2016

Ce n'est pas de la pop, ce n'est pas du rock, encore moins de la variété. C’est un disque indescriptible et aussi déroutant que Kid A, qui fit de Radiohead il y a quinze ans une formation définitivement hors normes. Les ambiances anxiogènes, rageuses qu’il déroule épousent à merveille les textes, évocations de somnambules, de pantins, d’individus asphyxiés en quête d’un ailleurs, d’un répit ou d’un peu d’attention. Thom Yorke en est l’interprète idéal. Du lyrisme dans les chœurs, de l’Orient dans les cordes, une rupture dans la mélodie, une guitare sèche en guise d’éclaircie : la beauté surgit de [...]

A day for the hunter, a day for the prey (Leyla Mccalla)

note: 5De Port-au-Prince à New Orleans G. Abitbol - 4 novembre 2016

Déjà adepte de l'old time music au sein de la formation Carolina Chocolate Drops, la violoncelliste Leyla McCalla, qui officie désormais en solo, livre pour ce deuxième opus un album d'une maturité impressionnante. Le fameux "album de la maturité" ? Qu'est-ce que ca peut bien vouloir dire ? Pour une jeune femme à peine trentenaire, cela signifie avant tout incarner parfaitement le métissage de la musique américaine. S'appropriant la musique folk et traditionnelle, les sonorités incomparables de la Louisiane d'où viennent l'âme du jazz et du blues, le répertoire créole, cajun et haïtien en l'inscrivant dans son époque, la musicienne [...]

Révolution rurale (Beat Bouet Trio)

note: 4BZH version génération Y G. Abitbol - 28 septembre 2016

Beat Bouet Trio (et quelques autres) naviguent à contre courant total de l'image exclusivement urbaine que l'on peut se faire du hip hop. Et c'est tant mieux. Car ils démontrent s'il le fallait que c'est avant tout un territoire, une langue et une culture que l'on met en musique... Groupe de fest-noz, c'est donc la Bretagne et la langue gallo qui sont ici à l'honneur. Mélange original et réussi de ragga, beat box et musique bretonne, l'album s'avère entrainant, et constitue une passerelle artisanale entre tradition et modernité.

L'insouciance (Baptiste W. Hamon)

note: 4Nashville skyline G. Abitbol - 3 septembre 2016

Un disque de folk chanté en français, voila au moins depuis Malicorne ou Hugues Aufray que l'on n'avait pas vu cela… surtout avec tant de panache ! Le défi est pourtant relevé haut la main par le jeune Baptiste Hamon, qui pour son premier disque enregistré à Nashville, réussit à incorporer les sonorités de la country à une écriture typiquement "frenchie". Le résultat est bluffant et n'est pas si loin des grands songwriters comme Townes van Zandt que notre artiste admire au point de lui écrire un titre hommage. Un vrai bol d'air dans le monde de la chanson [...]

From sleep (Max Richter)

note: 4zzzzzzzzzzzzzzzzz G. Abitbol - 7 juin 2016

Figure de la musique minimaliste, compositeur de musiques de film, collaborateur auprès d'artistes issus des musiques électroniques, Richter ne rentre dans aucune case. Son projet "Sleep", lui, ne rentre pas sur un seul disque ; imaginez plutôt : 8 heures de musique hypnotique et relaxante, entièrement instrumentale et composée avec l'aide de neurologues, tout cela pour vous inciter à tomber dans les bras de Morphée... Sont donc compilés sur ce disque 1/8e du projet global, soit 1 belle heure au croisement de la musique de relaxation, de paysages mélancoliques comme on en trouve dans les bandes originales de films ou [...]

The planets (Gustav Holst)

note: 5Interstellar G. Abitbol - 7 juin 2016

Principale œuvre du compositeur britannique Gustav Holst, "Les planètes" n'ont pas pris une ride, et sonnent même terriblement contemporaines un siècle plus tard ! Morcelé en sept parties pour sept planètes différentes, ce poème symphonique atteint des sommets illustratifs, qu'il évoque la fureur de Mars ou l'effervescence de Jupiter. Un talent de la composition qui inspirera de nombreux compositeurs et cinéastes, parmi lesquels John Williams pour une saga stellaire qui a eu son petit succès... Un classique cosmique incontournable à redécouvrir dans une version magnifiée par l'Orchestre philharmonique de Berlin, sous la baguette de Karajan.

Ya balad (Bachar Khalife)

note: 4Dans la famille Khalifé, je voudrais... G. Abitbol - 26 mai 2016

Inclassable Bachar Mar-Khalifé ! Il a en commun avec son frère Rémi, pianiste au sein du groupe Aufgang, de sortir ses productions sur le label Infiné, et ça n'est pas un hasard. Tout deux partagent en effet un certain sens du raffinement dans leurs compositions, et n'hésitent pas à flirter avec la musique électronique ou la composition de tradition classique (que l'on oublie pas qu'il a un prix catégorie piano du Conservatoire de Paris à son palmarès...). Il y a surtout chez cet artiste, une nostalgie de ses racines libanaises qui se devinent dans chacune de ses notes, tantôt par [...]

Runaljod - yggdrasil (Wardruna)

note: 4Ballade en territoire viking G. Abitbol - 20 mai 2016

Formé en 2003 par des membres du groupe de black métal norvégien Gorgoroth, le groupe Wardruna s'est lancé un pari audacieux : faire renaitre la musique de leurs lointains parents vikings en transposant en musique le futhark, c'est à dire l'aphabet runique. Projet concrétisé dans un premier volet sorti en 2009 et dont voici la suite, sortie en 2013. On retrouve l'utilisation d'instruments anciens comme le lur (une trompe), le klavykyra (lyre) et de nombreuses percussions, mais aussi un chant polyphonique saisissant, conférant une puissance mystique aux morceaux, et aux productions du groupe une grande crédibilité. Difficilement descriptible, la musique [...]

Misa de indios (Ariel Ramirez)

note: 4Découverte du baroque sud-américain G. Abitbol - 5 avril 2016

Ces enregistrements de 2014 célèbrent le répertoire vocal sacré sud-américain avec brio. Au programme, la fameuse "Misa Criolla" (1963) du compositeur argentin Ariel Ramirez dans une version tout en finesse, mais aussi des pièces du répertoire baroque, portés par les instruments traditionnels (charango, flûtes, percussions) et les cordes de l'ensemble La Chimera. Le Choeur de chambre de Pampelune n'est également pas en reste. Au final, une brillante introduction à une page méconnue de la musique, accessible à tous.

La di da di (Battles)

note: 4Guerre et paix G. Abitbol - 30 mars 2016

Il est loin le temps où l'on pensait que Battles ne se relèverait pas du départ de son ex tête pensante Tyondai Braxton, après l’impressionnant album "Mirrored" (2007). Pourtant, en ne répétant pas les schémas tortueux du math-rock (rock polyrythmique complexe et aventureux) mais en ouvrant une autre voie d'écriture dès le second album "Gloss Drop", plus accessible mais tout aussi subtil, le groupe d'outre Atlantique a su se réinventer avec brio. Cette troisième fournée poursuit sur cette voie et confirme tout le bien que l'on pense de ce groupe hors normes. On finirait presque par leur pardonner ce concours [...]

3.0 (Marc Anthony)

note: 3Le retour du Roi DDO - 29 mars 2016

Pour orchestrer son retour, Marc Anthony a fait appel à un gourou : Sergio George, l'artisan du retour en grâce du genre dans les années 90. A l'époque le producteur avait propulsé le jeune chanteur icône de salsa romantica . La nouvelle production intitulée « 3.0 » s'inscrit dans la lignée de « Valio La Pena » (2004), son précédent album salsa, un modèle du genre.
La chanson éponyme est une reprise de "C'est la vie" de Khaled. On oubliera très vite cet égarement mais surtout on se doit de faire fi de l’infame remix pop-dance de cette chanson en [...]

Victim of love (Charles Bradley)

note: 4Soul man G. Abitbol - 3 mars 2016

Second album pour le rescapé de la soul music Charles Bradley, et une nouvelle franche réussite. Adoptant un style simple et sans artifice, ses compositions touchent, que ce soit par l'instrumentation sans faille ou simplement par la beauté du chant. Un très bel album digne de l'époque dorée de la musique noire américaine.

Not so green fields (Dusty Kid)

note: 4Techno Risorgimento G. Abitbol - 29 janvier 2016

Qualifié de musicien surdoué par ses professeurs de musique, ce jeune italien livrait déjà en 2009 pour son premier opus une véritable leçon de techno, à faire pâlir les cadors du genre avec une construction des morceaux jamais rébarbative (travers courant du style), hypnotique, à la fois aérienne et taillée pour le dancefloor. Après 3 albums sombres, précis et sans concessions, cette nouvelle fournée s'apparente du coup à la sortie explosive, lumineuse et soudaine d'un long tunnel. Quelle surprise ! En voulant célébrer un pays, la Sardaigne, en choisissant de ne travailler qu'avec des musiciens locaux, Dusty Kid réinvente [...]

Quakers (Quakers)

note: 5Hip hop all-stars G. Abitbol - 29 janvier 2016

Il n'y a pas que le rock qui crée des supergroupes : le rap aussi, et Quakers en est une sacrée illustration. Chapeauté par un membre fondateur de Portishead, le collectif de 35 membres (Guilty Simpson, Aloe Blacc, etc. pour ne citer que 2 stars) envoie 41 titres modernes, indus, groovy... Une sorte de pot pourri du rap indé, qui force le respect.

2 (Netsky)

note: 3Drum'n'bass mélodique ? G. Abitbol - 29 janvier 2016

A tout juste 23 ans, le belge Netsky incarne parfaitement la drum'n'bass actuelle. Signé chez le label Hospital Records, on sent sur ce deuxième opus la montée croissante des influences dubstep au sein de la scène - davantage dans les sonorités que les breaks - avec toujours ces emprunts vocaux à une soul passée au filtre synthétique (liquid funk). Un album dansant et très mélodique, pouvant plaire aussi aux amateurs de dance.

Berlin (Kadavar)

note: 4Abra kadavar G. Abitbol - 29 janvier 2016

Confieriez vous vos enfants à ces sympathiques barbus teutons ? Malgré leurs habits de troubadours des boutiques rétro-chics, ils en ont derrière les poils. Totalement régressif, ce disque sort tout droit des 70's, à savoir : hard rock bien lourd, tendance psyché, dans la droite lignée du Black Sabbath de l'époque. Rien de neuf sous le soleil noir donc, mais un bon moment tendresse avec ces ours mal léchés qui fait chaud au coeur.

Jungle revolution (Congo Natty)

note: 4Jungle is massive G. Abitbol - 29 janvier 2016

Pionnier des musiques électroniques en Angleterre dès les années 1980, Congo Natty, également connu sous le pseudo de Rebel MC, porte haut et fort deux philosophies : le rastafarisme et la culture rave. A travers son ragga jungle, on retrouve tout l'univers de l'UK Bass et on retourne aux racines de cette musique, véritable pont entre la Jamaïque et le Royaume-Uni côté alternatif.

Overgrown (James Blake)

note: 5Soul électronique cristalline G. Abitbol - 29 janvier 2016

En 2009, le premier album du britannique James Blake avait déjà marqué fortement les esprits car il ouvrait une voie inconnue au sein des musiques électroniques. Les critiques parlèrent alors de post-dubstep, à la fois car le jeune musicien s’intègre dans ce courant majeur des années 2000, mais aussi car il s’en démarque par une patte et une finesse exceptionnelle. En ce sens, ce nouvel opus dépasse son prédécesseur. Le savant dosage des musiques blanches (l’écrin électronique ciselé par un orfèvre) et des musiques noires (ce r’n’b classieux porté par une voix angélique qui rappelle la fragilité d’un Antony Hegarty, [...]

Visions (Grimes)

note: 3Les contes de Grimes G. Abitbol - 29 janvier 2016

L'indietronica est un terme bien pratique pour désigner une musique trop bidouillée pour être dansante, mais encore bien ancrée dans la pop. Indie car indépendant, donc prenant des risques, électronique donc fourmillant d'idées, synthétisées par un ordinateur multi-fonctions. Claire Boucher est jeune, canadienne, et berne son monde à ce concours de "refaire du neuf avec des bouts de ficelle". Car tout en haut de la hype, il y a le constat musical : une voix de rongeur de dessin animé japonais, des sons digérés mais en trop grand nombre, et au final pas mal de vide. Trop d'artifices, de maquillage [...]

J'ai rien compris mais je suis d'accord (Nonstop)

note: 4Idiot cherche village G. Abitbol - 23 janvier 2016

Grand cortex malade. On ne sait toujours pas si Frédo Roman, l'homme derrière Nonstop, est un slammeur, un rappeur, un rockeur ou un simple chanteur. On sait par contre qu'il a un goût certain pour la poésie et la plume qui va avec. Marqué par son fort accent toulousain, ses textes surréalistes, remplis de contresens, de fausses pistes et d'impasses en font un artiste tout aussi inclassable qu'indispensable de la scène française. Un classique instantané.

Uncivilized (Frustration)

note: 4We have some G. Abitbol - 23 janvier 2016

Indéniablement, la scène garage est responsable d’un regain de vitalité des concerts et productions de la scène indépendante. En son sein, Frustration y tient une place à part. Clés de voûte de la boutique/label Born Bad du quartier Bastille, ils ont entrainé dans leur sillage de nombreux disciples (Cheveu, Magnetix, le label Teenage Menopause...) dont les prestations semblent marquer un retour à des valeurs fortes : conception artisanale bichonnée, urgence et plaisir. Le rock n’est enfin plus un hobby, mais une façon de vivre affirmée bruyamment. Ce qui n’empêche pas la finesse ! C’est le constat implacable de ce 2nd [...]

Sur le thème des grandes découvertes (Salut c'est cool)

note: 5BOUM BOUM dans les oreilles Natha - 16 janvier 2016

Salut c’est cool, c’est un groupe de 4 zozos au look rétro des années 80-90 qui cultivent l’absurde et l’autodérision. Le titre « Techno toujours pareil » symbolise à la perfection ce que pensent les « anti » techno en un seul refrain répété en boucle, évidemment. Un regret, que l’album ne reprenne pas davantage de titres sortis sur Internet. Proche de Sexy Sushi, en plus rigolo. Un album qui donne la patate.

Nömadak TX (Oreka TX)

note: 5Pays basque sans frontières G. Abitbol - 7 janvier 2016

La notion de 6e continent prend vraiment tout son sens à l'écoute de cet album de métissage musical hors du commun. Mené par deux joueurs de txalaparta, instrument à percussion basque, chaque morceau, enregistré en voyage, confronte les traditions pour en tirer quelque chose de neuf. Le chant diphonique mongol, la sitar indienne ou les chants berbères côtoient l'instrument basque à la perfection et crée une musique intemporelle passionnante.

Worship the sun (Allah Las)

note: 4California über alles G. Abitbol - 6 janvier 2016

Les quatre membres des Allah-Las habitent Los Angeles et cela se sent. Ce second album transpire en effet le soleil californien comme seul ce coin d'Amérique sait le faire. Le pop-garage du groupe pourrait être la bande son d'une fin d'été des années 1960 et les mélodies matinées de surf music apportent juste la pointe mélancolique qui relève le milk shake.

Salem city rockers (La Gale)

note: 4Hip-hop au féminin G. Abitbol - 6 janvier 2016

Les rappeuses Casey et Keny Arkana peuvent compter sur une troisième recrue désormais pour défendre les couleurs d'un rap féminin acide et bien écrit. Proche du groupe La Rumeur, on retrouve chez la libano-suisse La Gale des instrus monstrueuses et un super flow... pas d'erreur de pseudo, La Gale gratte fort là où ca fait mal.

The power that b (Death Grips)

note: 4Vous n'aimez ni le rap ni le bruit ? Mauvaise pioche. G. Abitbol - 30 décembre 2015

Du très lourd… les californiens n'hésitent pas à puiser dans toutes les chapelles musicales pour composer un rap hardcore dense et épique. Avec à la production Zach Hill, venant du rock et de l'électro, les instrus industrielles et électroniques grasses dynamitent ce double album, à l'instar d'un groupe comme Dälek. On pense aussi à la démarche d'un label comme Anticon. Jubilatoire.

Bum (Cheveu)

note: 5La France a un incroyable talent, mais pas très télégénique G. Abitbol - 23 octobre 2015

Cheveu est-il le groupe français le plus intéressant du moment ? Difficile de dire non. Après un premier album foutraque et sans concession, après "1000", l'album de transition entre le chaos punk lo-fi et l'apport de mélodies bricolées ne s'interdisant aucune piste potentielle, voila "Bum", l'album du succès critique. Et une fois n'est pas coutume, un succès mérité, tant cet album frôle la perfection et installe définitivement les français comme leader d'une catégorie musicale qu'ils sont les seuls à incarner, mais qui met pourtant tous leurs concurrents à l'amende... Un groupe qui n'a pas besoin de déployer toute la panoplie [...]

Narvalo city rockerz (Johnny Montreuil)

note: 5Un artiste de bar, pas là pour vendre des chapeaux, ou Walk the line n°9 direction Montreuil G. Abitbol - 23 octobre 2015

Quelle belle réussite que cet album du titi montreuillois ! Un premier essai qui prolonge le déjà réussi Ep 5 titres sorti en 2012, en apportant plus de profondeur aux morceaux et une meilleure réalisation globale. Les odeurs de la rue de Paris et Croix de Chavaux sont toujours bien là, comme la gouaille de ce Johnny Cash des fêtes foraines et grands boulevards... Mais il y a aussi une maturité plus forte, certainement due à l'expérience de la scène et d'une tournée bien chargée, que l'on retrouve dans un titre comme "Liège" où le chanteur se dégage des artifices [...]

Le fish (Chlorine Free)

note: 4Groove armada G. Abitbol - 23 octobre 2015

Originaire de Paris, le combo Chlorine Free produit une musique hautement groovy, très marquée par les sonorités du funk des années 1970/1980, donc à grand renfort de claviers triturés et de basses slappées sans retenue. C'est également l'apport de l'électronique qui amène les compositions de la formation à un style moderne (l'incursion "Kom Jentinson" par exemple, pur morceau électronica qu'on croirait sorti d'un album d'Aphex Twin). Ancré pourtant dans le jazz, on aura aussi le plaisir de recroiser des vieilles connaissances comme le rappeur Nya, (partenaire régulier d'Erik Truffaz, autre musicien inclassable) tout au long d'un album riche, parfois inégal, [...]

Les contes du chaos (Casey)

note: 5Rap et rock aiguisés G. Abitbol - 23 octobre 2015

Hamé laisse sa place au rappeur B. James sur ce second album de collaboration avec le groupe Zone Libre (dont fait partie l'ex Noir Désir Serge Teyssot-Gay), tandis que Casey est toujours de la partie. Le mariage d'un rock libre et de la crème du rap engagé français fait encore une fois mouche. Les deux genres musicaux se complètent et renforcent un discours commun, où l'on a hissé le drapeau noir.

Le sacre du chat (Starlion)

note: 4Du rap qui ne ronronne pas G. Abitbol - 26 septembre 2015

Loin du calibrage des radios, l'album du rappeur originaire de Reims ne laisse pas insensible. Le choix d'instrus électro, jazz, fines ou puissantes est un premier critère de qualité. Les textes font surtout de Starlion une identité à part dans le rap français : futuristes, parfois surréalistes, ils sont pour beaucoup de vrais bijoux d'écriture. On pense un peu au projet Gravité zéro de James Delleck pour le côté science fiction, parfois au flow de Tido des TTC, mais Starlion a son propre style, ce qui devient une denrée rare.

I love you, honeybear (Father John Misty)

note: 3Un Fleet Foxes en solo : pop/folk au programme G. Abitbol - 26 septembre 2015

Membre du combo Fleet Foxes se lancant en solo, Joshua Tillman sort un grand disque de folk-pop qui ravira les fans des Beach Boys, Townes van Zandt ou des Byrds. Au programme, des ballades bien orchestrées, relevées d'orgue ou de steel guitar ; c'est solaire, triste ou rock, sans jamais en faire trop. Entre sunshine pop et country rock, résolument 60's mais sonnant pourtant contemporain, un joli disque comme on n'en fait plus !

La fin de l'espèce (Klub des Loosers)

note: 5Born to lose G. Abitbol - 26 septembre 2015

Fuzati est vivant. Le versaillais masqué a définitivement survécu à l'adolescence, relatée sur le 1er album, mais c'est pour marcher de plein pied sur les peaux de bananes de la vie de trentenaire. Après 8 ans d'absence, nihilisme et cynisme sont toujours au programme. Malgré quelques raccourcis faciles, les punchlines sont toujours tranchantes comme une lame rouillée. Les instrus, magnifiques. No futur jusqu'au lendemain.

Tribal (Imelda May)

note: 3Pin-up irlandaise G. Abitbol - 24 septembre 2015

Quatrième album de la belle pin up irlandaise qui après avoir ouvert en première partie de Brian Setzer, nous revient avec un disque de néo rockabilly mélodique, flirtant avec la pop. Si l'esthétique et la contrebasse sont bien présentes, les compositions de la chanteuse restent axées grand public, sans pour autant perdre en charisme et en authenticité.

T'inquiète... (Hadji-Lazaro, François)

note: 4Groupe phare de la chanson "alternative" des années 80 G. Abitbol - 24 septembre 2015

Le groupe phare de la scène alternative française des années 80 ! Toujours aux manettes, le charismatique et touche à tout leader François Hadji-Lazaro, explore encore une fois sa palette d’instruments fétiches (vielle à roue, oud, accordéon, cornemuse ou dobro) pour des chansons tantôt aigres et réalistes, tantôt douces et remplies d’espoirs. De la chanson française pure souche, et de la bonne

Howlin (Jagwar Ma)

note: 4Rock indé australien bien vu G. Abitbol - 24 septembre 2015

Bonne surprise que ce premier album de Jagwar Ma, qui prouve une nouvelle fois, s'il le fallait, toute la vitalité de la scène musicale australienne. On pense pourtant beaucoup au rock britannique le long de ces 11 titres, avec ce goût pour le son dansant quasi acid-house (la référence Happy Mondays revient souvent - écoutez le super morceau "Four"). On surprend aussi des influences pop 60's bien vues. Ne reste plus aux wallabies qu'à transformer l'essai.

The epic (Kamasi Washington)

note: 5Un jazz tourné vers le futur G. Abitbol - 16 septembre 2015

"Épique", un nom d'album choisi à merveille ! C'est en effet le sentiment qui se dégage à l'écoute de ce colossal triple album (et première production) du saxophoniste Kamasi Washington. Jazzman résolument ancré dans son époque, le californien, qui a déjà participé aux albums de pointures du rap (Kendrick Lamar) ou de l'électronique (Flying Lotus), abolit toute frontière musicale dans cette oeuvre incroyablement dense, sorte de fresque grandiloquente où se métisse les influences du groove, de la musique symphonique et d'un jazz cosmique et aventureux. A la fois déconcertant par son accessibilité et ses rebondissements, voila un jazz passionnant comme [...]

Vieux lion (François Corbier)

note: 4Vieux lion ? Laissez le mammifère G. Abitbol - 16 septembre 2015

« Sans ma barbe », « Le nez de Dorothée »… Oui, Corbier, le seul, l’unique, celui de la télévision et des tartes à la crème, mais avant tout celui des chansons à textes, encouragées par Brassens, produites par Alain Barrière, cela dès les années 60… François Corbier est un chansonnier débonnaire que le grand public a appris à connaître dans un rôle de pitre pendant deux décennies, mais il a aujourd’hui décidé, sans renier le passé, de se tourner vers le présent. Auteur-compositeur bourré d’humour, il sillonne l’hexagone depuis une quinzaine d’années et sait séduire le public lors de [...]

Voodoo (D'Angelo)

note: 5Chef-d'œuvre Soul DDO - 22 août 2015

Les superlatifs manquent pour qualifier cet album.
Et sans paraphraser le très exact résumé, les amateurs de Rap, de Soul, de grosses basses et de pure sensualité seront ravis. Une merveille.

Smoking in heaven (Kitty Daisy and Lewis)

note: 4Rétro mais pas trop G. Abitbol - 20 août 2015

La petite famille londonienne revient encore et toujours aux sources des 50's. Rock'n'roll, jump blues, musique jamaïcaine pré-reggae (Bluebeat), country rythmée... ca décortique l'arbre de l'Americana comme seul savent le faire les jeunes de l'ère d'Internet, s'appropriant tout, des sons incontournables de l'époque aux modes maintenant oubliées. Et c'est agréable et réussi, surtout si on a toujours eu un faible pour l'odeur de la gomina...

Tan ar bobl (Les Ramoneurs de Menhirs)

note: 4Breizhistance G. Abitbol - 11 août 2015

Troisième album haut en couleurs du plus punk des groupes bretons… Avec un nouveau chanteur pour mener l’offensive, on retrouve Loran (ex guitariste des Bérurier Noir, venu avec la boîte à rythme) et les sonneurs Eric et Richard (bombarde et biniou) pour onze nouveaux morceaux. On notera également la présence de la grande chanteuse bretonne Louise Ebrel qui, du haut de ses 82 ans livre une prestation revigorante et fait preuve d’une ouverture musicale toujours aussi détonante. Comme sur les albums précédents où Gilles Servat ou Sham 69 étaient alors à l’honneur, quelques reprises sont au programme : cette fois [...]

Tropiques (Maissiat)

note: 3Nouveau talent de la chanson française G. Abitbol - 11 juin 2015

Les chansons de Maissiat ont tout pour plaire : des ambiances feutrées, un brin mélancoliques, des arrangements bien travaillés qui soutiennent parfaitement la voix timide de la chanteuse sans l'étouffer. Les textes font songer à Etienne Daho. Un beau disque.

The seer (Swans)

note: 5Rock tendance expérimental G. Abitbol - 11 juin 2015

Les Swans ont toujours été un groupe à l'avant-garde du rock depuis les premiers albums du début des années 1980, mais, à l'instar d'un groupe comme Einstürzende Neubauten (qui a commencé à la même période), les expérimentations menées se sont en quelque sorte assagies avec 30 années au compteur. Fort de leur maturité, le groupe évite maintenant toute esbroufe pour livrer des prestations précises et inventives, sans avoir perdu une once d'originalité. En dépit de son affreuse pochette, ce double album est ainsi particulièrement dense et passionnant, pour peu que l'on arrive à dépasser la rugosité de ce rock rituel [...]

Eastern boys (Arnaud Rebotini)

note: 4Eastern boys Natha - 6 février 2015

Bande originale d’Arnaud Rebotini -DJ en rouflaquettes au look de cow-boy- selon moi un génie de la musique électronique, rien que ça. Piste 9 chaudement recommandée.

Dernière chance d'être disque d'or (Oldelaf)

note: 4Pour bien commencer... ma petite journée... Natha - 16 mai 2014

Cet album d’Oldelaf et Monsieur D est très sympa à écouter ! Les textes sont drôles (et moqueurs comme d’habitude) et les mélodies entrainantes. Mes titres préférés : « Samedi » et « Bérénice ».

B.S.O. Almodovar (Ismaël Lo)

note: 5Superbes ! Natha - 26 avril 2014

Si les films d’Almodovar vous touchent, vous le serez également par ce best-of des bandes originales. On se replonge dans l’univers du réalisateur, on se rappelle Victoria Abril, Pénélope Cruz, Rossy de Palma... et on chantonne en espagnol. Délicieusement kitch et passionné.

Stup religion (Stupeflip)

note: 4Crou cra-cra qui fout des crampes Natha - 26 avril 2014

Stupeflip s’est fait connaître il y a plus de dix ans avec « J’fume pu d’shit ». Depuis le groupe a crée un univers complet autour de la « religion du Stup », avec ses adeptes, ses maîtres et son mystère en chocolat. Humour au 12ème degré et autodérision, le groupe mélange rap, hip-hip, électro, punk et tout un tas de trucs bizarres…